Nov23

La voix, miroir de la personnalité

Categories // Archives

La voix, miroir de la personnalité

 

Quasiment tous les êtres humains doués de parole sont capables de chanter, à condition d’y consacrer le temps nécessaire. Une vraie difficulté se pose sur le problème des personnes chantant faux ou ayant des problèmes de rythme et/ou d’oreille. Mais certains spécialistes peuvent vous donner accès à un corps chantant, si vous savez faire preuve de patience. Évidemment, certaines personnes ont plus de prédispositions que d’autres : tout le monde ne peut pas devenir Céline Dion. L’ «instrument» vocal n’est pas le seul élément qui fait une voix ; on pourrait citer entre autres l’énergie, l’intelligence, la culture, la diction... Et la liste est longue.

 
L’amour du chant est presque toujours une vocation irrésistible, même si on n’a qu’un « filet de voix » au départ. Une très belle voix est parfois un trésor profondément enfoui, qui a pu se développer à force de travail. A l’inverse, des voix naturellement belles et faciles semblent pouvoir se passer du travail vocal : c’est une erreur ! Certains chanteurs, se fiant à leurs prédispositions, poussent leur voix dans ses retranchements et prennent le risque de l’abîmer définitivement. A méditer : on maîtrise souvent mieux ce qui fut difficile à apprendre que ce qui fut trop facile.


Bienfaits pour la santé : vertus médicales


D’un point de vue médical, le chant a d’innombrables vertus : développement de la respiration profonde (effet anti-stress garanti), développement des muscles du thorax et de l’abdomen, meilleur contrôle du souffle, redressement du buste, massages respiratoires, pour ne citer que les principales. Ces vertus sont connues depuis des siècles et tous les peuples vivant sur Terre ont, un jour, attribué des pouvoirs magiques de guérison au chant. La science ne leur donnera pas tort, car il a été démontré que les vibrations obtenues en chantant constituent un véritable massage du cerveau, centre du système nerveux. Des médecins célèbres soulignent aujourd’hui encore l’importance de la voix et du chant, qui diminue le stress et les pensées négatives, et réveillerait notre humeur positive.

C’est que le chant, au même titre que les autres arts, libère, donne force et courage. En un mot, c’est une plénitude physique et psychique qui nous met assez facilement dans un état d’harmonie avec nous-mêmes. C’est un art profondément humain, qui ne connaît aucune limite : toute la vie d’un chanteur est embellie par une constante quête de la satisfaction qui le pousse à se dépasser.


La voix que l’on entend et celle que les autres entendent


Entendre sa propre voix, telle que les autres l’entendent dans la vie de tous les jours, est quasiment impossible. On s’entend soi-même plus grave, car le son entendu est un son filtré par le corps qui parvient à l’oreille interne par le biais de la trompe d’Eustache, créant une résonance interne, que les autres entendent différemment. Votre véritable voix est celle que les autres entendent sans cette résonance interne. On est extrêmement surpris (voire déçu) en s’entendant pour la première fois sur un répondeur (c’est vraiment moi, ça ?). Et lorsqu’on s’entend pour la première fois en train de chanter, on peut être amené à mieux comprendre le chemin restant à parcourir pour s’améliorer.

Pour avoir une idée de votre «vraie» voix, mettez une main «en creux» derrière votre oreille, comme si vous en prolongiez le pavillon. Placez l’autre main contre le coin opposé de votre bouche (la main sert de mur de renvoi). Lorsque vous parlerez, vous entendrez à peu près ce que l’on perçoit de votre voix.

Enregistrer certaines de vos leçons est donc une habitude à prendre. Réécoutez vos exercices : vous verrez ainsi les progrès réalisés au fil des mois, et approfondirez les bons conseils de vos professeurs. Cela vous donnera le point de vue du « monde extérieur » sur votre propre voix. Mais n’oubliez pas de garder une oreille attentive pour le but que vous voulez atteindre. En d’autres termes, sachez rester sur votre désir esthétique (variété, lyrique, comédie musicale, etc.)


A quel âge peut-on commencer le travail vocal ?


Il n’y a absolument pas d’âge pour apprendre à chanter. L’enfant pourra se développer harmonieusement grâce au chant : maintien du corps, régulation de la respiration et élocution correcte. Quant à l’adulte, quel que soit son âge, s’il réussit à passer outre les réflexes du type « il est bien trop tard pour que je m’y mette », y trouvera très vite une véritable source de bien-être. Contrairement à l’étude d’un instrument de musique qui demande des répétitions quotidiennes intensives, débuter le chant n’est pas une activité gourmande en termes de temps : plusieurs séances de courte durée (trois à quatre fois 1/4 d’h par jour, ou deux à trois fois 1/2 d’h par semaine).

Cela dit, la présence d’un professeur est primordiale dans l’enseignement du chant, et il est préférable de ne pas s’en passer tant que la technique laisse à désirer. C’est le professeur qui sait dans quelle direction il faut conduire une voix et qui saura proposer les exercices appropriés. Il est primordial de faire « contrôler » son travail par un professeur, et les plus grands ont toujours adopté ce principe.

Ne pas connaître le solfège, c’est bien sûr dommage lorsqu’on commence l’étude du chant, mais ce n’est pas rédhibitoire : quelques notions sur la hauteur et la durée des notes suffiront pour déchiffrer des vocalises. Par contre, il est hautement recommandé d’étudier chant et solfège simultanément. Votre compréhension de la musique s’en ressentira nécessairement.


Le travail : maître mot de l’enseignement vocal

Un principe à retenir en permanence : tant que l’on chante, il faut travailler ! Il y a en permanence quelque chose de nouveau à apprendre ou à perfectionner. Comme pour la course à pied ou d’autres sports d’endurance, les muscles et organes vocaux ont besoin d’entraînement régulier pour se développer et se fortifier. Un entraînement qui ne doit cependant jamais fatiguer ou faire mal à la voix. Très important : si on a mal après une séance de travail, c’est que cette séance a été mal faite ou qu’un exercice a été mal compris.

Les mauvaises habitudes sont faciles à prendre, avec ou sans professeur. L’idéal est de trouver le professeur qui corresponde à votre projet vocal. (cf. fiche 2). Le risque dans l’apprentissage en solitaire est de tourner en boucle autour de ses habitudes vocales, sans en voir (ou plutôt en entendre) l’issue.

Notre conseil : entre vos leçons, faites les exercices qui vous ont été indiqués par votre professeur. Même si vous faites mal, on n’apprend pas sans heurt, votre professeur sera là pour rectifier le tir, mais vous mettrez en route votre propre instinct, votre propre discernement. C’est ainsi que le ressenti juste de votre voix pourra naître. Pour compléter l’enseignement vocal, nous vous conseillons de pratiquer des exercices physiques vous permettant de maintenir votre tonus musculaire et votre énergie en éveil (cf. fiches à venir).


Quelques conseils pour optimiser votre travail :


- Choisissez un endroit où vous vous sentez bien. Au besoin, prévenez vos voisins pour ne pas vous sentir persécuté (ou vous-même les persécuter).
- Dans l’idéal, il faut être en éveil depuis au moins trois heures, s’être sustenté légèrement et avoir pratiqué un éveil corporel.
- Débutez par vos exercices vocaux de 10 à 30 minutes en observant ce qui devrait être ajusté : respiration calme (cf. fiche 3), posture en place, éveil des cavités de résonance, diction précise, place vocale (suivant le style)…
- Une séance de travail ne doit jamais dépasser deux heures !


Et quelques conseils additionnels pour tous les jours :
- Chantez souvent (sous la douche, en voiture, etc.). Ne fredonnez pas, chantez avec conviction sans crier.
- Si votre voix est fatiguée ou enrouée, reposez-vous.
Ça ne sert à rien de forcer : apprendre à chanter doit toujours rester une partie de plaisir.
- Gardez confiance si vous avez la sensation de stagner : la progression se fait toujours par paliers. La progression synaptique met un temps incompressible à se réaliser.


On ne le répètera donc jamais assez : l’apprentissage de la technique est irremplaçable et elle permet aux chanteurs persévérants d’obtenir la voix la plus belle possible avec un effort minimal. La technique vocale repose sur trois piliers qu’il faudra travailler simultanément : la respiration, l’utilisation des résonateurs et l’articulation. Pensez au chant le plus souvent possible, car la préparation mentale au chant est aussi importante que le travail vocal effectif.

C’est la qualité du son qu’il faut travailler avant tout, beaucoup plus que la puissance et l’ampleur qui, elles, viendront naturellement, une fois les bons réflexes acquis. Chercher la puissance amène souvent le chanteur à crisper son appareil vocal (tendons et cartilages du cou saillants). Donc soyez détendus pour chanter, votre corps doit être souple. Et rappelez-vous que tout effort visible est anti-artistique.


Apprenez à vous détendre

Regardez vous dans une glace pour contrôler d’éventuels défauts : grimaces, crispation du visage, ne plissez pas le front. Tout cela est le signe d’une crispation de la gorge qui empêche votre voix de se développer. Pour bien chanter, il faut être parfaitement détendu. On doit sentir une motivation sur votre visage et dans votre attitude. Le regard doit être vif et légèrement rieur.

Si un exercice semble ardu ou s’il y a des notes difficiles à atteindre dans l’aigu ou le grave, n’insistez pas. Détendez-vous. Puis reprenez l’exercice calmement pour le reprendre plusieurs fois de suite (ou le lendemain), rien ne presse. Si vous sentez quelque chose en chantant, c’est que l’appareil vocal subit un mauvais fonctionnement. Une voix ne doit jamais se ressentir physiquement parlant si tout fonctionne correctement. Par analogie, vous ne sentez jamais votre cœur battre. Sauf en cas de problème évidemment…

Cet article provient du site http://www.singcity.fr

 

Suivez-nous!

Entrée Choriste